InSanté

Vivre avec une intolérance au lactose

Conseils vivre intolerance lactose

Deviner son intolérance au lactose n’est pas forcément une chose facile, même si la plupart du temps de nombreux signes sont là pour vous l’indiquer. Parmi les symptômes les plus courants, nous retrouvons le mal de ventre : ballonnements, douleurs abdominales, l’impression de mal digérer…

S’ensuit très souvent la partie un peu moins glamour qui vous oblige à réserver les toilettes pour une durée indéterminée. D’autres symptômes tels que les maux de tête, les douleurs musculaires ou encore une fatigue chronique peuvent également être de la partie.

En général, les symptômes se produisent entre 30 minutes et 2 heures après l’ingestion de nourriture contenant du lactose. Ces durées peuvent varier selon l’individu (et j’en sais quelque chose !). Pour être certain de ce que l’on fait avant d’éliminer (ou de limiter) le lactose, il convient bien entendu d’effectuer des tests médicaux.

Alors je suis allergique au lactose ?

À noter que l’intolérance reste très différente de l’allergie. Ingérer du lactose lorsque l’on est intolérant n’est pas dramatique. C’est pas très cool en effet, mais on ne risque pas d’en mourir ! Souvent, la plupart des intolérants au lactose réussissent à consommer certains aliments contentant le sucre du démon. Encore une fois, le seuil de tolérance va varier en fonction de chaque individu. Il convient alors de trouver quelques substituts pour limiter le lactose dans notre quotidien.

Quelques conseils au quotidien

1/ Apprenez à lire les étiquettes des produits

Au moment de faire vos courses, lisez bien le contenu de l’étiquette. S’il est mentionné « contient du lait », oubliez tout de suite (encore une fois, selon votre niveau de tolérance). Là-dessus, ils ne peuvent pas être plus précis, le produit contient du lactose en puissance. S’il est simplement écrit « peut contenir des traces de lait », vous pouvez opter pour ce produit. Cela signifie simplement qu’il se pourrait qu’un peu de lait traîne encore sur le « plan de travail » lors de la conception du produit. En clair, c’est possible, mais plutôt rare. Enfin, méfiez-vous des termes tels que « lactoserum », « lait en poudre »… ils contiennent en général une bonne dose de lactose.

2/ Apprenez à détecter ce que vous supportez

Et encore une fois, ceci passe par un test personnel. En général, le lait, le beurre, la crème fraîche, le fromage blanc… sont des produits que votre ventre va bannir totalement. Sachez que plus le fromage est considéré comme « à pâte dure », moins il y a de lactose dedans. Le lactose se cache également dans de très nombreux produits que l’on ne soupçonne pas tels que les nuggets (les viandes préparées en général), les biscuits apéritifs, les soupes industrielles, certains pains, le chocolat…Certains médicaments contiennent également du lactose, dans ce cas, si vous pensez que cela influe sur vos symptômes, n’hésitez pas à en parler à votre médecin.

3/ Pensez aux alternatives

Pour le lait par exemple, il existe de nombreuses alternatives (Eh non, vous ne direz pas adieu aux soirées crêpes, no pression !). Le lait de soja est un bon compromis (même si certains intolérants au lactose peuvent également être intolérants au soja… on parle alors d’intolérances/allergies croisées. Heureusement, ce n’est pas mon cas). Pour ma part, c’est soja fever ! Crème de soja, steak de soja, lait de soja, yaourt au soja… Il existe sinon du lait d’amande, du lait de brebis, du lait d’avoine, du lait de coco, du lait de noisette… et la liste est encore très longue ! Vous en avez donc pour tous les goûts.

Du coup, terminé le fromage et les yaourts ?

Reparlons à présent du fromage (je sais que ça vous tient à cœur), les fromages affinés ne contiennent pas non plus de lactose ou alors de très légères traces. Les fromages frais par contre, sont full lactose et là, je ne vous les recommande pas du tout !

En ce qui concerne le beurre, il est souvent autorisé pour les intolérants au lactose puisque contrairement à la plupart des produits laitiers, il contient surtout des lipides et très peu de protéines et de glucides (et en général, les intolérants au lactose ont un souci avec les protéines ou les glucides contenus dans le lait).

Pour les yaourts, les natures et les aromatisés contiennent du lactose. Cependant, la présence de ferments lactiques favorise la digestion de l’abominable lactose. Ce qui permet à certains intolérants d’en manger (attention, on ne parle pas de Danette ou d’autres desserts lactés).

La liste est encore longue mais j’espère vous avoir éclairé sur cette intolérance qui peut parfois rendre les repas un peu compliqués. D’ailleurs, j’ai trouvé un site avec de superbes recettes sans lactose et ça se passe juste ici !

2

Tu devrais aussi aimer ces articles

2 commentaires

  • Marie E.

    Hello,
    Je viens de tomber sur ton blog, très belle découverte.
    Cet article m’a particulièrement tapé dans l’oeil, car suite à des crises inflammatoires à répétition, dans lequel le lactose pourrait être en partie responsable, je pense le supprimer de mon alimentation. J’en consommais très peu puisque j’avais déjà troqué le lait, crème, yaourt par des laits végétaux, crèmes de soja/coco, yaourts au soja, mais le fromage… Et je consommais principalement des fromages frais, et je viens d’apprendre grâce à ton article que ce seraient ceux qui contiennent le plus de lactose…
    J’ai appris pas mal de chose ici, merci !
    A très vite,

    21 août 2017 at 16 h 36 min Reply
    • Blondie Birds

      Hello Marie,

      Je suis vraiment ravie que mon article puisse t’aider.
      En effet, essaye de varier au niveau du fromage et de te tourner vers ceux qui sont affinés.
      Fais plusieurs tests et je pense que tu trouveras ce qui te convient le mieux.
      Personnellement, j’arrive à manger de temps en temps des fromages frais, mais sans en abuser. Il y a quelques années, ça m’était juste impossible !

      See you soon 🙂

      21 août 2017 at 18 h 02 min Reply

    Leave a Reply